Un nouveau regard, les mots qui se détachent

08 octobre 2018

Francopolis

librairie

accueil

delage

Voir le lien ci-dessous

 http://www.francopolis.net/librairie/vostextesarchiveDEF.htm

 

et cliquez sur les titres

 

 

 

Posté par lutinB à 19:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]


29 septembre 2018

L'autre voix

 

Pour commencer ce week-end tout en poésie, nous vous proposons un poème de Bernadette Delage sélectionné par notre comité de rédaction.

 

L'autre voix

https://www.facebook.com/accents.poetiques/photos/a.241456051664/10156712082536665/?type=3&theater

Posté par lutinB à 10:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 septembre 2018

Et palpite le coeur

  

Les pas ne laissent pas de trace
déjà l’air perd ton parfum
jamais nos corps usés ne rattraperont le temps
comme un arrêt de mort
nos bras s’éloignent habillés de la nuit
alors que la pensée recule

Dans l’autre sens les phares éclairent la route
terre aux veines bleues
dans un halo une fissure s’éveille
glisse le long des murs jusqu’à la grille

Aux formes gigantesques
un feu d’artifice éclate sur l’eau douce
ses étoiles éphémères
un peu de feu pour que tout recommence
et palpite le cœur

Les statues de marbre ne bougent pas dans les arbres
ce sont les robes qui se colorent et virevoltent
broderie de soie pourpre
rose de l’été, vierges habillées de soleil
le ciel sème ses arcs en ciel

Paupières closes je partage les heures
la nudité de mes épaules contre le vent
sans hâte j'écris des mots silencieux
sur un clavier sans âme, absente
j'entends l'eau profonde qui danse
dans cette nuit à la dérive

 

Posté par lutinB à 16:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 août 2018

Comme en poésie - revue trimestrielle n° 75

Comme en poésie

Sommaire 1

Sommaire 2

 

 Vous pouvez passer commande à :

Comme en poésie

Jean Pierre Lesieur
730 avenue Brémontier
40150 Hossegor

Posté par lutinB à 18:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 août 2018

Exil

 

37249616_1076585775849362_750504556693028864_n

Oeuvre de Monet  

 

Je suis exilée de votre solitude qui vous tue un peu plus chaque jour
Je suis exilée de vos silences quand leur poids voute mes épaules
Je suis exilée de votre monde lorsque vos yeux n'ont plus de lumière proches d'une mort certaine
Je suis exilée de votre vivacité à aimer l'insurmontable lorsque j'ai peur de vous suivre dans des jeux dangereux, des moteurs qui ronflent pour lancer des voitures à toute allure
Je suis exilée de votre présence quand vos rêves m'isolent alors que les miens sont autres
Je suis exilée quand votre langage n'est pas le mien, les bourgeois ne s'expriment pas ainsi, les femmes ont leurs propres mots, une élégance qui plait
Je suis exilée de vos secrets qui organisent notre vie alors que ne perle aucun indice
Je suis exilée de vos projets alors que le calendrier rythme notre vie commune et me rend si triste
Je suis exilée de votre regard lorsque vous fermez votre porte et que vous tournez en rond dans votre propre monde ne me laissant voir que votre dos lors du sommeil
C'est terrible l'exil, le fossé qui se creuse, l'absence ressentie, l'inutilité d'être, la vie en transparence
La mort rode et m'exile quand vous prenez la parole coupant la mienne mise en retrait de ceux qui nous entourent
L'exil ouvre la porte, sentez-vous le danger qui nous guette malgré l'amour que vous me portez
Sentez-vous ce courant d'air qui s'infiltre à notre insu quand j'écris ce mot déchirant je suis libre
libre de prendre un autre bateau 

Posté par lutinB à 11:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]


30 juillet 2018

La vie circule

Voir le Fichier : Sur_un_texte_de_Bernadette_-_Viens.mp3

(cliquer sur le lien)

 

Merci Catrine, ta voix sur mes mots, je ne me lasse pas de t'écouter, et ta façon si particulière...

 

Amicalement

 

 

Posté par lutinB à 17:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

La nuit de l'homme

sur une musique de Filomena Moretti

Posté par lutinB à 11:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 juillet 2018

Les scorpions sur la péniche

 

Posté par lutinB à 14:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juillet 2018

Traîne pas trop dans le vent

 

IMG_0235

Notre Dame de Mont

 

C'est toi qui cours là-bas
pigeon voyageur à ma recherche
je me souviens des murs clos
remets-toi au piano
les sonates t'attendent et mes chimères
j'ai dit que je reviendrai la nuit
sur le rocher lorsque la lune se posera

Je vole dans le ciel
j'ai dit que je me poserai
dans l'ombre où j'ai posé ma voix
j'ai pénétré la mer
les couloirs sous-marins
les viscères de la terre
j'ai dit que rien ne finirait
ce jardin au bout de la rue
nous l'arroserons d'eau de pluie
lorsque les années se poseront dans nos corps

Paumes ouvertes
j'ai couru la nuit jusqu'au port
la lune derrière les arbres
les étoiles au fond des yeux
je descends les échelles
saute les vagues
le vent sous mes jupes
je me souviens de mes fesses assassines
des mâts tout au bord
reine mer tempétueuse
le cri arrimé à l'anneau

Je veux encore sentir la gloire
qui farfouille mon cœur
au pilori porter ma couronne
brinquebalant mes jambes au ponton
mon frère avant de venir à toi
arroser les fleurs et les jonquilles
ils te diront quel bateau prendre
quand la nuit tombera
en langue d'oiseau jusqu'à ta porte

 

 

 

Posté par lutinB à 10:37 - Commentaires [2] - Permalien [#]

30 juin 2018

Une terre s'éloigne

IMG_0248

Ile d'Yeu - la pointe des corbeaux

Les jours se couchent
les mots se consument
petites bêtes le long des doigts
aiguilles d'or et d'esprit
cousent espérance d'étincelles

C'est écrit comme des filaments
entre la tempête au creux des paumes
file la mer presque morte
les corps embrassent la terre
est-ce l'amour ce mouvement d'air ?
un début de destruction ?

C'est la croix de l'église plantée
la présence de Dieu contre la nuit
sa parole prend forme se déchire
ma main qui s'ouvre et se ferme
retenir encore

Sous la fenêtre c'est l'orage
on lui coupe la parole
on ferme les volets
à l'image d'une maison bien rangée
et nos corps, nos corps suspendus
pourquoi se déforment-t-ils ?

On lève la tête
comme se relève la jambe
nos yeux brillent
quelque chose a changé
quand on a perdu le cerceau
la poussière tout autour a changé
l'empreinte de nos pas, animale


On parle d'enfer sous les orties
comme une terre qui s'éloigne

 

Posté par lutinB à 09:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]