09 juin 2013

Verticalité

tumblr_mgrt2iW29v1rpvzp5o1_1280

 

Puis vint cette autre fille
Aux lèvres closes
Sans arbres ni oiseaux
Emportée le long des trottoirs
Fil rouge sensible au soleil couchant

Sur la pointe de ses pieds
Les pas ne résonnaient pas
Elle apprenait le monde
Oublié, au bas de soie
Sur ses talons aiguilles
Elle marchait comme le chat
Silhouette de papier
A longues enjambées
Cambrure mise à nu

Ce soir, dans la lumière infinitésimale
Proche d'une main sortie de la foule
Ouverte en bouquet d'espérance
Audacieuse elle leva les yeux
Comme une succession de promesses



lutine - 09-06-2013

 

 

Posté par lutinB à 17:07 - Commentaires [10] - Permalien [#]


31 mai 2013

Entre l'oeil et ta main

 

944295_365502603556018_14275731_n

 


La mer se faisait sourde 

bout du monde lumineux et fermé 
alors que le soleil se lève à l'est
mes paupières roulaient dans leurs propres vagues
le calme d'une solitude bienheureuse
avant que l'homme ne vienne déposer son ombre

Je l'ai vue et reconnue cette intermittence trouble 
elle est encore un tableau
sur fond de toile tendue 
un mouvement presque agressif 
diffus et présent

Je me souviens de sa démarche 
du contour de sa silhouette 
on ne pénètre pas ainsi un corps
ni une voix
ni l'approche amidonnée
 
Codifiés les premiers mots 
laissent filer la boîte à musique
les vieilles mouettes et leurs poèmes stridents

Je me souviens de son profil
de ses lèvres douces et harmonieuses 
une main offrant l'accompagnement
brassant la mienne dans une translation magique 
toute une complicité hydraulique

La dame noire toujours présente
on ne l'entendait presque plus
si peu l'aboiement du chien 
 
Ce n'était pas un accident notre rencontre 
proche d'un rituel d'espérance

 

lutine

Posté par lutinB à 23:35 - Commentaires [4] - Permalien [#]

29 mai 2013

La folle allure

 

  

"Il nous faut mener double vie dans nos vies, double sang dans nos cœurs, la joie avec la peine, le rire avec les ombres, deux chevaux dans le même attelage, chacun tirant de son côté, à folle allure. Ainsi allons-nous, cavaliers sur un chemin de neige, cherchant la bonne foulée, cherchant la pensée juste, et la beauté parfois nous brûle, comme une branche basse giflant notre visage, et la beauté parfois nous mord, comme un loup merveilleux sautant à notre gorge."

 

Christian Bobin

 

 

Cette lecture me permet de vous dire que je m'absente un peu, juste un peu, car elle est ce que je ressens dans des moments de bonheur qui ne s'écrivent pas tout de suite.

 

 

 lutine - 29-05-2013

 

 

 

Posté par lutinB à 21:36 - Commentaires [2] - Permalien [#]

19 mai 2013

Tempête sous un crâne

44670_123169507844713_779399946_n

  

Dans ma tête il y a des nuits
Des sommeils qui tuent le silence

Dans ma tête il y a de la pluie aux carreaux
Du vent sous les paupières
Jusqu’à la vague qui noie les heures

Dans ma tête il y a des avions
Des oiseaux dedans
Des voyages qui passent
Des déserts enlisés au fond des draps

Dans ma tête il y a la mer
Une prison entre elle et moi
Un fourreau qui protège du froid
Un bas de soie galbant l’insomnie 

Dans ma tête il y a des trains
Le noir des tunnels
Le hurlement du métal contre la peau
Des plaines sorties de mes bras
Des précipices à hauteur d’homme

Dans ma tête il y a un cercle qui m’isole
La foudre dans l’immobilité d’un cierge éteint
Prisonnier de l'air
Elle vient chaque nuit noircir les murs

Dans ma tête je suis ailleurs
A la merci des vents contraires
Je suis un océan
Fluide dans mon propre poing

Dans ma tête il y a des mouches
Collées sur la bouche
Pris au piège
Dans mon ventre le corps s’agite

Dans ma tête il y a l'assassin de la nuit
Des mains qui se portent sur le visage
Sa salive brille et nourrit les heures

 

 

lutine

 

 

 

 

Posté par lutinB à 13:15 - Commentaires [10] - Permalien [#]

17 mai 2013

IMG_1557

Posté par lutinB à 20:23 - Commentaires [2] - Permalien [#]


13 mai 2013

La nuit de l'homme

540577_564978163534844_2115579339_n

 

 

Juste te dire...
ne change pas l'odeur de ta peau

La première fois était une île confuse
forêt de paroles tout près d'un banc
un passage, des yeux qui déshabillent
puis l'absence dévêtue portée dans la foule

Sa trace comme une tâche d'encre

Mon amour le monde tourne
ce petit cercle bleu autour de moi
sitôt éclaté
saigne ses lumières

Un point rouge s'ouvre et se ferme

De lutte inégale se crée l'atmosphère
cet orchestre à secrets
aux mets succulents

Juste te dire...
ne change pas ce mot de ta bouche
le silence qui le recouvre
en dehors des heures offertes

Je me suis relevée face au miroir
pupille coiffée de tes yeux



lutine - 13-05-2013

Posté par lutinB à 15:03 - Commentaires [12] - Permalien [#]

29 avril 2013

En attendant

IMG_1516

Posté par lutinB à 18:26 - Commentaires [4] - Permalien [#]

26 avril 2013

Graine de liberté

 

408615_450609298338051_2095967790_n

 

Cet enfant immense
suspendu aux feuilles de la pensée
sans nom et sans parole
juste son odeur de poudre de riz
tout en silence
ne gonfle pas mon ventre

Esquisse de coton
ton visage séparé en deux
qui es-tu ?
à l'usage des mains qui se tendent
criant l'espérance
et ma voix jusqu'à toi

Impalpable, je suis là à te chercher
yeux fermés, fenêtres éteintes
dans mon tout dernier rôle
hier mon corps a changé de place
sur papier de soie
la bouche ouverte en offrande

Ma main ramenée en gouttes de lait
se fait blessure heureuse
ne finit pas de compter
les mois et les jours
du temps qui se dévide
infinie solitude chargée d'attente

 

 

lutine - 26-04-2013

 

 

Posté par lutinB à 22:29 - Commentaires [12] - Permalien [#]

22 avril 2013

Vivre sans appui

IMG_1479

 B - acrylique sur toile - 60 x 65

L'esprit plus loin
                      la cime des arbres


Se tend la peau
                          haillon de la nuit

 

 

 

  

Posté par lutinB à 20:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 avril 2013

Dora

  

 

Dora

 

Sanctuaire blanc loin du monde
Territoire vierge je caresse
Le tableau s’appellera ainsi
Avant de perdre l’esprit

Longue cicatrice transparente
Sans visage moi je peins
Comme les enfants inventent leurs rêves
Alors que je suis fâchée avec la mort

Même si la passerelle n’existe pas
Je vais prier pour elle sans voix
Dans un flot de paroles
Elle n’a pas de sexe

Cette figure je l’invente
C’est une confession la destruction du corps
Quand j’écorche le cœur aux joues
C’est ton regard que je tue

 

 

Posté par lutinB à 00:14 - Commentaires [8] - Permalien [#]