10 mai 2014

Fin du bruit

  

1392040_10152406055046042_1153385149_n

  

 

Ils volent si bas enfermés
trou blanc dans le silence
dédoublés dans le chemin perdu
le soleil dort
la mémoire tourne
poupée de soie au sourire éternel
juste des ombres faites de plumes
sanctuaire métallique trop près du monde
tournent sur elles-mêmes
puis le soir revient coucher les survivants
fêlure fine sous l’aile de l’oiseau
tu voudrais mettre de la musique
on ne sait pourquoi
alors tu coupes les roses fanées
sur un banc du jardin

 

 

Posté par lutinB à 12:28 - Commentaires [6] - Permalien [#]


10 avril 2014

Qui était Nina

 316590_199475636793278_100001925286765_445692_1792983478_n

 

 

Qui était Nina dans le verre que j'ai bu près de la table ronde ? Sous ses cheveux noirs trempés d'écume il y avait une forêt et des oiseaux au fond d'un lac gelé, quelques nuages où je marchais en équilibre sur un long fil d'or alors que vous me baisiez la main.

C'était un sourire que vous me tendiez au fond de mon abîme.

J'étais l'oiseau rouge dans un ciel de nuit rempli de vent, j'étais ce cri qui s'obstine où quelques phares brillent encore alors que vous me teniez la main entre deux mondes. J'étais le long d'un mur ténébreux égarée accomplissant mes rituels sur la pointe des pieds.

Qui était cette femme aux jambes brisées dans cette boisson liquoreuse ? oiseau au cou gracile d'un autre univers. J'en devins aveugle, de l'ovale du visage, de la bouche, de sa moue et sa caresse.

C'était un ballet flou derrière la vitre.

Entrez dans la danse pleurs le long de mes joues jusqu'aux reins qui se cambrent un peu plus désespérés.

Je vous offre mes bras oubliés du printemps et que l'on recommence les mêmes pas jusqu'aux fleurs dans les cheveux au cœur bordé de pluie et bouleversé.

C'est une obsession la douceur du chiffon, swingue la fièvre sous la fenêtre ouverte, les voix me sautent au visage et me traversent comme l'éclat d'un miroir.

Il y a des ailes d'ange tout au bord de mes cils, des traits d'amande douce au dessous de sourcils soigneusement courbés, une bouche couleur coquelicot, embrasse-moi dans l'herbe folle aux ailes déployées.

Ce sont de drôles d'oiseaux ces masques que l'on traverse sur la table et ta parole cette drôle de langue navigue dans ma maison de poupée où le radeau de la méduse en noir et blanc tangue sous un faisceau de lumière blafarde.

Je vais tomber entre les chaises du désordre dans le feu du désert. Mes maîtres je devrais haïr les tableaux inventeurs de nouvelles vies.

 

 

lutine
http://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_noss_1?__mk_fr_FR=%C5M%C5Z%D5%D1&url=search-alias%3Daps&field-keywords=bernadette+delage

  


Black Swan réalisé par  Darren Aronofsky 

Posté par lutinB à 12:29 - Commentaires [10] - Permalien [#]

Posté par lutinB à 09:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 mars 2014

L'homme de dos (Francis Bacon)

Francis Bacon 

 

  

 

Un équilibre inachevé
en point de fuite
quelques traits blancs
et le vide

Posté par lutinB à 19:53 - Commentaires [3] - Permalien [#]

04 février 2014

Un portrait

 

dali-persistance-memoire

Persistance de la mémoire

  

Le tic-tac du réveil
aux heures trop pressées
main errante tournée vers le sol
les jambes s'étirent
le corps se dresse silencieusement
dans un palais de velours
où tu te sens à l'abri
progressivement tu remontes du puits

Un hameçon s'accroche à ma bouche
joint d'or intemporel
avant que le monde vivant ne t'engloutisse
je m'incline et te vois
une moue à peine éveillée
tout un œil pour une journée
tu t'éloignes
telle la rivière quitte son lit

Mais où les yeux, les yeux,
ne vous inquiétez pas mes bras
la table est garnie
de chair et de mots
la délicatesse cachée sous le bol
le temps danse
j'embrasse la main, éternel éclair
ce n'est que la distance qui sépare



lutine - 03-02-2014

 

 

Posté par lutinB à 18:04 - Commentaires [6] - Permalien [#]


27 janvier 2014

Rien de plus

 

1908_grands-arbres-a-lestque

Exposition Georges Braque

 

Rien de plus
la nuit comme un bandeau
où tout se confond

mes yeux ouverts dessous
l'automne distribue l'or de ses paupières

L'odeur de la feuille
ne me demandez pas pourquoi
sous mes pieds
craque le sable de mes dents
les voix résonnent


L'hiver et ses épines mortes
les herbes fraîches au bout pointu
rappellent une autre saison
le soleil ouvre mes pores
pénètre la gueule de la forêt


Rien de plus
L
a sueur sous la peau
un chien tourne autour de moi 

oeil sauvage sous un nuage noir
l'envie de renaître à quelques mots

 

  

Posté par lutinB à 11:23 - Commentaires [2] - Permalien [#]

22 janvier 2014

  

 

« J'aime votre silence, j'aime votre fatigue éternelle, j'aime votre rire. J'aime tout de vous, et je ne me lasse pas de vous contempler dans cette vie ordinaire qui vous exténue, pour laquelle vous avez les attentions les plus rares. Vous recueillez ce qui n'a pas lieu, vous écoutez ce qui n'est pas dit. Tout est obscur dans votre vie, car tout y est simple. »  Christian Bobin

Posté par lutinB à 10:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 décembre 2013

Verticolor

 

87432225_p

 

 

Rien n’est droit rien n’est penché
il n’y a pas d’horizontal
il n’y a pas de vertical
c’est une diagonale qui s’empale dans la chair
à vif les sentiments n'ont plus corps
une corde pointe son dard
pluie d’épines dans le plexus solaire
pente glissante à remonter le temps
dans les mains un livre ouvert
le marque pages boit le sang des mots
hématomes bleu ciel - violet
des jours noirs
touches de piano et musique
Danube bleu

C’est une érection tendant vers l’infini
vaisseau via la mer en multicolore
une embouchure inversée
entonnoir fermé
une tangente sans soleil
descendant vers la terre
rails couchés sur le clavier
métal brossé d’espoir
le désespoir au bout gravé
dans la pierre
fossile brisé
un peu plus bas, un peu plus haut
une combinaison à deux trames
en biais le mur cassé
au centre la clef sans serrure

C’est un labyrinthe entre deux triangles
à la recherche de l’angle droit
le phallus érigé
personne ne voit jamais la même chose
n'entend les mêmes sons
le pied sur la pédale
le piano continue sa course folle
sur le clavier une touche noire
une blanche comme la main
caresse la peau
Clair de lune, une larme bleue
un soir de Décembre
la terre est restée dans la note de musique
entre les espaces les organes libèrent une toile

"Verticolor"

il faut bien que les livres s'achèvent


 

Posté par lutinB à 10:46 - Commentaires [4] - Permalien [#]

20 décembre 2013

l'arbre de feu

 

 

 

1514565_10202839335054095_912736096_n




Vous êtes cette clarté devant moi
la Coccinelle qui parcourt mon bras
ce qui reste du cri d'un corps

oui je l'appelle bien "Cri"
votre corps qui bat à mes tempes
vous êtes celui qui suit ma course
mains jointes comme des lassos emprisonnent
la fatigue de mes pas
l'arbre de feu vers lequel je tends
où mon regard se dépouille

 

 

Posté par lutinB à 16:42 - Commentaires [1] - Permalien [#]

16 décembre 2013

SILENCE...(Grand Canal Janvier 2013)

IMG_2736

B - Pastel - 50 x 60

 

Posté par lutinB à 12:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]