22 mars 2009

Tripe humaine

.

.

La nuit je ne suis plus là
je pars en voyage
dans une atmosphère cérébrale fantomatique
la vitesse l’emporte souvent
la spéculation aussi
sur un fond de colline rocailleuse
la musique en parallèle
c’est entre deux gares dans un confort aléatoire
que je grave et peins des personnages insensés
à l’épreuve de l’horreur
le burin martèle les rails
la rouille sur la peau persécutée
dépose ses pigments
le chiffon à la main bat la toile
les particules comme une pluie s’échappent
reste l’ombre du déporté
à peindre au risque de la vie
des électrochocs invoquant  la furie du monde
happent les aiguillages chargés de bruit
la déglutition est difficile dans les secousses
et les tripes se nouent
le ventre accouche sur le quai d’une gare
dans l’énergie sourde d’un autre défi
visage qu’on dévisage
par peur de mourir sans laisser de trace



lutine - 22-03-2009

Posté par lutinB à 21:12 - Commentaires [6] - Permalien [#]


20 mars 2009

Funérailles dans le dos

.

.

Il n’y a que le soleil sur les ombres

il n’y a que des poupées de chiffon noircies

les cheveux monochromes arrachés

quand une nouvelle saison se lève

notre corps est un livre

on en tourne la page

on déchire la souffrance de quelques lignes

les morts ne volent pas

les morts ne salissent pas

on déplie son corps encastré dans le vide

à l’angle des raies de lumière

on relève la tête

lançant un long regard vers l’homme

respirant avec lui

on enfourne ses doigts dans la bouche

hors d’haleine on en extirpe les mots

les morts ne parlent pas

rien qu’un verre d’eau pour laver le linge

de l’eau sucrée-salée à chaque souffle

rien qu’une épaule pour expulser le froid

une main sur le ventre reconnue

on lui lave les pieds

on lui lave le sexe

dans l’intervalle des gouttes d’eau

la toilette faite on le caresse

l’escalade des doigts pousse les heures

il n’y a que les corps vivants

les armes au poing

qui se souviennent

un terrain sur lequel s’ébattre

et s’abattent nos souffles à genoux

les funérailles dans le dos

.

lutin - 20-03-2009

Posté par lutinB à 15:49 - Commentaires [3] - Permalien [#]

18 mars 2009

Bleu

DSCN3399

Acrylique sur toile 46 x 55

quelques erreurs corrigées

lutin - 24-02-2009

Posté par lutinB à 09:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

12 mars 2009

Distance

DSCN3124tot

Des tours du monde j’en ai oublié le sens
les pas offerts au sable
dans des sentiers jusqu’à la neige
des photos en noir et blanc enfouies jusqu’au printemps

On la supplicie jusqu'à l'épuisement, la terre
on la profane, maudite dans la souffrance
on crache sur elle à déplier le pied jusqu’à la cassure
corps à corps  - à terre
rampant jusqu’au centre de gravité

La douleur du « je » si nombreux
« nous » dans ce « je »
l’homme est immobile
rafiot couché sur la vague
corps de sable désagrégé
plié de douleur sous le couteau
dans cette inertie poussiéreuse la terre est vide

Au pied du mur se dessinent les ombres
à portée de voix un oreiller
loin des rêves la bouche contre, l’explosion d’une bombe
des mots étouffés en grains de chapelet
1000 kilomètres de terre à genoux

.

lutin - 12-03-2009

Posté par lutinB à 22:27 - Commentaires [9] - Permalien [#]

La nuit

Gants_20noirs

.

.

Elle marche face à nous bousculant les heures  un peu plus chaque jour.

Dans le couloir du ciel à la cime des arbres elle se fait plus pressante arquant inéluctablement sa couleur opaque, elle ombre la racine qui se cache sous la feuille d’automne, son voile flottant entre ciel et terre devient foulard puis manteau dans sa chute sur les épaules, elle enveloppe comme un drap sur son passage ce qui est vertical, les plus grands seront touchés les premiers, petit bout de femme il me reste un peu de temps avant de sentir son piège se refermer sur moi, progressivement  elle m’enroulera dans sa peau m’habillant d’un fourreau de deuil, le chien sur la route subira le même sort ainsi que l’insecte rampant, la nuit balaye tout quand elle s’allonge nous faisant disparaître d’un claquement de doigt ensorceleur, la goutte de pluie poreuse devient noire comme par magie, seule la lumière artificielle résistera à sa force. Inutile de se cacher elle voit dans les angles, inutile de se vêtir de noir, elle superpose les couleurs.

Fenêtres closes s'ouvrent les images librement au bout de mes doigts enrubannés de la nuit.

.

lutine

.

Posté par lutinB à 18:35 - Commentaires [3] - Permalien [#]


10 mars 2009

Francopolis Mars 2009 - Cendres - Magie noire - Recto-verso - Vers où

presentmars09_Sahara

Merci à  l'équipe de Francopolis de mettre en valeur avec tout leur talent les écrivains ou aspirants écrivains que nous aimerions être, merci aussi à Hélène Soris pour sa suggestion qui me paraissait farfelue, mais cela a marché. Je souhaitais dire ici à quel point j'ai apprécié votre travail.

http://www.francopolis.net/vostextes.htm

http://www.francopolis.net/librairie/intromars2009.html

B dite lutin ou lutine

.

Le lien du site se trouve aussi dans mes favoris "où j'aime aller"

http://www.francopolis.net/index.htm

Posté par lutinB à 10:57 - Commentaires [4] - Permalien [#]

05 mars 2009

Décoction

 

 

Demain quand la terre s’entrouvrira
creusée de nos mains
quand les cadrans s’arrêteront
les forêts asséchées
d’un soleil trop ardant
le bois mort avant d’être brûlé

Demain quand la terre sera un terrain vague
un entonnoir dégoulinant de nos poubelles
les rapaces toujours vivants
engrossés de nos erreurs
l’argent de tous bords traqué
la puissance individuelle à son paroxysme

Demain quand les voleurs d’âmes
au regard de chiennes
léchant le cul pour mieux ensorceler
seront cloués au pilori
les corps vidés de leur substance maléfique
je me surprendrai
fétu de paille défenestré
à tordre les inepties

L’horizon est un mur sans altitude
transpercé d’une flèche au curare
mes espérances s’égarent
comme le foulard autour du cou
demain est ma mémoire en haut d’un gratte-ciel
un ultime vertige jusqu’à vos bras tendus
que je croyais menacés des reptiles

 

lutin - 05-03-2009

 

 

Posté par lutinB à 18:16 - Commentaires [15] - Permalien [#]

04 mars 2009

Le langage des viscères

lelangagedesvisceresV_1_

Posté par lutinB à 11:03 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

27 février 2009

Les confidences d'une toile

.

et mon inspiration

.

Tu tournes le dos au milieu du désert
Les yeux en voyage au milieu d’un nuage

Tu as cassé tes chaînes
Battu à  mort la boussole au soleil couchant

Seule ta peau au bord du tombeau
Personne pour te jeter la pierre
Dans tes pas éphémères à la recherche du vent

Du sable crisse sous tes dents
La fleur au coin de la bouche
Le jus avalé en sirop d’érable

Que laisses-tu derrière toi ?
Le silence

Que cherches-tu devant toi ?
Un mirage

.

lutine - 27-02-2009

.

Posté par lutinB à 09:50 - Commentaires [11] - Permalien [#]

22 février 2009

"Quelque chose de cette mère où s'entrouvre ton ventre"

.

.

J’ai peur de me taire
j’ai peur de perdre la voix, amie qui me tient la main
il faut que je me taise
j’avale le mot dans l’oubli de moi
les secrets seront écrits plus tard

Je vous aime dans l’atmosphère poussiéreuse
les secrets dans les recoins me collent au sol
ma mort n’y changera rien
ma mémoire a le cafard vidée d’espérance

Blafard est le teint
sur les murs sont écrites vos confidences
sur le canapé aussi des gestes incrustés
jusqu’à la salive dans le tissu, marqué du sexe aussi

L’avenir a perdu son chemin
un désert monochrome peuplé d’absence
voute les épaules dans l’air paralysé

Rien ne circule, les trains électriques se sont arrêtés
la musique aussi, le chat miaule
la mémoire en couleurs torture le ventre
le jouet est cassé
la toupie fait du sur place
le long d’un mur si haut se cogne le jour

Une part de vie dans les paquets en partance
en vrac le passé à même le sol froisse le tissu
comme la peau
des nœuds dans la tête, des lacets accrochés à la fenêtre
les pieds en suspension, la tête ailleurs
le chat se roule dans l’odeur fantôme

Je vous laisse les clefs
ma mémoire a le cafard
mon corps est un désert
une gare la nuit peuplée de vous
je choisis l’insécurité qui me colle déjà aux os


lutine - 22-02-2009

Posté par lutinB à 23:53 - Commentaires [2] - Permalien [#]