27 février 2010

Les Onze devant la porte dorée

DSCN5007

B - 27-02-2010

.

Nous avons couru côte à côte, deux beaux chevaux à un même char.

J'avais ma foulée qui enfonce, ma foulée de chargeur de bataille.

Les deux souffles partaient à la fois : une seule vapeur dune seule machine.

Quand nous avons accéléré, jai eu tant de plaisir que jai souri.

La vitesse montait en nous comme leau dans un conduit.

Dans les virages inclinés, j’étais un peu appuyé sur lui.

Ralentir avec la même décroissance a une douceur qui vous clôt les yeux.

Ô mort exquise du mouvement, quand le buste tire sur lui comme des rênes,

Quand les bras se rabaissent et pendent comme dans la bonace des voiles repliées 

Pour les Chinois, dun accord dinstruments naissait entre les musiciens une sympathie.

Comme nous disons : amis de collège, ils disaient dun mot : amis-par-la-musique.

Quel mot pour ceux qui ont couru ensemble dans laccord de la foulée ?

.

.

Henri de Montherlant

Posté par lutinB à 00:07 - Commentaires [10] - Permalien [#]


26 février 2010

On fouille Madame

On fouille Madame aujourd'hui ! Demandez, c'est plus simple, en cliquant sur "contactez l'auteur", puisqu'il en est ainsi, je remonte mon coup de crayon, la lumière c'est tellement mieux qu'une vie souterraine.

Il parait que quelque part je me suis exprimée, comme si je m'étais dessinée (ce ne sont pas mes mots), une sorte de mixte entre fantasme et réalité.

48517984_p

lutin/lutine/B

.

Posté par lutinB à 21:13 - Commentaires [3] - Permalien [#]

25 février 2010

Nuit (fleur de peau)

DSCN5020

.

.

Nous avons quitté le mouvement
Les portails sacr
és se sont refermé
s
Les lasers lancent leurs flammes
Les armes point
é
es criant la mort
Tuent les mots


Treize balles dans la peau pour un mot de trop
Le corps est droit
Les mains pressant le ventre


Autour d
une nuit si particulière
J
’étais debout sur la tranche d
une vie
C
est un révélateur intense la traché
e devenue pouls
Le tournoiement des pas jusqu
au pavé
qui tremble
Comme un couvercle lib
érant le feu

. 

lutin

.

Posté par lutinB à 18:53 - Commentaires [12] - Permalien [#]

22 février 2010

L'art ?

.

.

Que faire ? On a tout essayé dans l'art, alors que nous reste-t-il ? Peindre avec nos doigts, nos pieds, c'est déjà fait, avec notre sang, c'est déjà fait, avec de la bave de crapaud, d'escargot, le venin des autres ou leur merde et leur pisse, c'est déjà fait jusqu'à l'intime dans les urinoirs tagués et nauséabonds. Peindre les corps, dans toutes les positions on l'a fait, la tête en bas, les fesses en l'air le sexe épilé, le nez cubique de travers jusqu'à les habiller pour changer les couleurs, mais changer quoi, la hauteur des arbres, la couleur de l'air, la longueur du vent jusqu'à la pluie horizontale le ciel en bas. Peindre avec ses larmes ou sa sueur on l'a fait aussi,  il suffit de regarder les dégoulinures sur les toiles griffées d' ADN.

Alors allons chanter la flamme, mais chanter quoi dans une chorale sous la croix les bras baissés faits de cire, les pales copies de ce qui est beau entre des mains inertes. Bandes d'hypocrites vous n'êtes que des fantômes sans courant jusqu'à la clef du do que l'on remonte avec la main comme l'automate que nous sommes pour entendre des voix qui ne sont pas les leurs in profindus. Arrêtez de crever les tympans, voleurs de notes sans miracle, on n’entend rien autour du mur à genoux. Pile il n'y a plus de pile ou de face au fond des poches vides, quant à l'orgue si bien lustré il ne sera qu'un simili organe comme le vêtement atrophié que nous portons recopié moult fois jusqu’à venir de Chine par le chemin de l’écriture dont les mots ont été mâchés et remâchés au nom de l’art qui s’effiloche dans un livre de 900 pages sans vision posé sur un fauteuil Voltaire aussi faux que le reste.

L’art n’existe plus nous lui rendons visite au cimetière, nous le prions, réclamant le lance pierre qui fracassera notre crâne pour qu’un nouvel art, un nouvel an, sorte de nous sur un lit d'hôpital, l’art ne se transfuse pas à coups d’aiguille dans le bras, il est écrit dans le rhésus B+ sortant de l'orbite. Il nous reste à nous lier les mains, les pieds et la langue sur un bûcher funéraire. Il n'y a plus rien à inventer depuis que nous avons passé le mur du son, depuis que nous faisons l'amour avec une capote en avalant des antibiotiques des lingettes bactéricides entre les mains,  et le Panthéon s'écroule de génies empaillés depuis trop longtemps mangés par la vermine.

Si vous arrêtiez de chier dans mes bottes je ne peindrais pas de la merde avec mes tubes de peinture disait un illustre inconnu téléguidé jusqu’au Père la Chaise renaissant à la vie. N'appelle pas, ne répond pas, la nuit au musée tous les chats sont gris dans leurs chaussures orthopédiques quand le téléphone intérieur sonne, et si être sourd et daltonien était l'avenir des cons les yeux bandés à défaut de

.

.

lutine - 21-02-2010

Posté par lutinB à 00:01 - Commentaires [23] - Permalien [#]


21 février 2010

Soulages

(histoire d'enfoncer le clou auprès de la Vendetta)  "Les cons ça ose tout...
... et c'est même à ça qu'on les reconnait - Audiard"

Une interview de Pierre Soulages

http://www.lefigaro.fr/culture/2009/10/02/03004-20091002ARTFIG00401-pierre-soulages-l-artiste-est-une-ame-primitive-.php

Le refus de l'ornement ou déjà le noir ?

À 5 ans, j'aimais déjà le noir, je préférais tremper mon pinceau dans l'encrier plutôt que dans les couleurs. Une cousine plus âgée, morte à 102 ans, a raconté à Pierre Encrevé, auteur de mon catalogue raisonné, que je dessinais un jour, noir sur blanc, « de la neige ». Mon explication avait fait rire toute la famille, ce qui m'a sans doute humilié puisque ce n'était pas une provocation. J'ai dû essayer de rendre le papier plus blanc par le contraste. Rien de sophistiqué comme dans les paysages de neige de Monet ou de Sisley. Je me sentais directement concerné par des choses plus élémentaires. Du noir à côté d'une couleur sombre : elle cesse d'être sombre. J'ai commencé à réfléchir à la peinture assez tôt, sans le savoir. J'aimais peindre. Quand je suis retourné à Conques, j'ai compris qu'il y avait une chose importante dans la vie : l'art. Je trouvais que les adultes perdaient leur vie à la gagner, que leurs comportements étaient étranges : ils ne pensaient qu'au dimanche et le dimanche venu, ne savaient pas quoi en faire. Je ne serai pas de ces gens-là.

Quels sont vos principes d'artiste ?

J'ai compris très tôt que l'artiste était celui qui était attentif à ce qu'il ne sait pas, à l'inverse des artisans qui savent quoi et comment faire. Mes racines, je les trouve avant le Quattrocento et sa peinture « illusionniste ». Même si j'admire Giotto et les chefs-d'œuvre nés dans son sillage, ce qui m'intéresse est ailleurs. Je citerai saint Jean de la Croix : « Pour toute la beauté, jamais je ne me perdrai. Sauf pour un je-ne-sais-quoi qui s'atteint ou qui se rencontre. » Il y a de l'effort, du hasard et une rencontre. L'artiste ne sait pas toujours ce qui va se faire, c'est indépendant de sa volonté et, souvent, le plus intéressant de son œuvre.

Posté par lutinB à 18:12 - Commentaires [3] - Permalien [#]

20 février 2010

Nuit

DSCN5020

acrylique sur toile - 73 x 65 (en partant d'une pose  de Vélasquez) - un regard de nuit

Posté par lutinB à 10:31 - Commentaires [11] - Permalien [#]

18 février 2010

A la Basquiat

21626297_p


C'est un bateau
une coque métallique
coupée en deux
dans le fracas du plexus solaire
jusqu' en dessous du ventre
ainsi se vide l'eau sale
des égouts à la mer


C'est une corde prise dans le vent
une forme à deux bouches
l'anneau du cou
l'étau de la taille
la flèche les mixant aux éléments
au fond d'un trou
la pointe acérée
sans voilure
tirant vers le bas
la chape de plomb
de la terre à la mer


C'est un métal rouillé
griffé à la chair
au coeur chargé d'amour
à donner à la mère

à la mer
le chagrin en pâture
les larmes en prime
le sel des yeux aux poissons
 

C'est le gris des cargos
la sirène hurlant la mort
à la fenêtre de la vie
un toit sur la tête
les yeux nulle part
de part en part percés
regardant le tableau
de la mère
à la mer
loin du parapet
écoutant la corne de l'épave
engloutie


C’est la muse dans la tête
une tache rouge
sur le sein gauche
entaillé de la flèche
il pleut des coulures
de peinture
des graffitis
à  la Basquiat

.

inspiration sur une peinture de Div

.

lutin

Posté par lutinB à 22:05 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

16 février 2010

La voix

.

.

Elle est là si présente
Je l
avais laissée ce matin sous la glace engloutie
A la cime des arbres suspendue
Ecras
ée au sol dans la foulée ardente

.
C
œur assassin je m’étais déshabillée delle
Paupi
ères baissées comme le vêtement choit
La col
ère à genoux

.
Le h
éron enroulé dans son cou tant il faisait froid
Se souvenait d
images plus heureuses
Chevelure d
ombres le long des arbres
Au creux des ailes la caresse des mots

.
Silence, tout est silence, la terre glisse
Autour de l
’œil les larmes
Sous la peau les bruits du c
œur

.
Dans un monde o
ù je marche pieds nus
La voix n
est plus
Comme mes pensées au bord du sommeil

.
Dans l'espace elle s'est envol
ée
Rebondissant la nuit le long du dos
Si pr
ésente, elle déchire les draps

.

lutin - 16-02-2010

Posté par lutinB à 23:24 - Commentaires [19] - Permalien [#]

14 février 2010

Le masque de l'hiver

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

.

Une nouvelle neige tombe

Nourrit celle dhier assoiffée

La neige est mon fantôme

Ce besoin de soulever le drap

De déshabiller l’éphémère

D'un projet visionnaire

Sous l'orage de craie

Je ne vois pas les graines

Pourtant je lance du pain aux oiseaux

Vers les icebergs que sont les rèves

.

lutin - 14-02-2010 

.

.

Posté par lutinB à 23:10 - Commentaires [9] - Permalien [#]