02 avril 2010

Que retient-on d'un baiser ?.....

 

 

 

 

.

 

 

m_20st_20p_20_13__20_800x600_

 

 

 

 

.

Un baiser c'est
un goût de chocolat
une praline
un grain de beauté sous la langue
friandise, hum !

Dorées les lèvres
sous le moelleux du caramel chaud
mêlé à la salive
mixé dans un roulé tempétueux
sont ventouses

Cascade de goûts
de mots vanille
la bouche prépare ses envies
à la rencontre de l'élu
les pores dilatés
corps offert, dérubanné

Au-dessus de la table
les bustes se tendent
les ombres coiffent l'horloge
et ses aiguilles
entre deux verres pétillants
le temps perd ses repères

Les arômes se mélangent
foie gras et champagne
dans un baiser plongeant, délice !
où vont mourir les boules et les guirlandes
dans la légèreté de deux corps qui s'affaissent

C'est le découpage des parfums
un, deux, trois gouttes
un nuage ocre se dissout dans l'eau
comme la peinture se fond sur la toile

D'un baiser on retient sa force, goulue
son accoutumance
le sommeil qui s'échappe
trop d'odeurs dans la tête
jusqu'au parfum de la sueur
la chaleur du foyer

Je n'attends rien du baiser
les papilles ont mémorisé les épices
puisqu'elles racontent l'insomnie
je ferme les yeux
les lèvres se touchent
un, deux, trois moutons
sur un oreiller
crème glacée et chocolat
entraînent au vertige
tes doigts collés aux reins
caramel

.

 

lutin - 23-12-2009

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par lutinB à 14:09 - Commentaires [16] - Permalien [#]


31 mars 2010

Quand...

Elsear

http://elsear2.canalblog.com/

.

Quand le corps nexiste plus
Courb
é tel un roseau
Habill
é de chair peinte au soleil
Il n
y a plus bruit ni odeur
Sous l
’éphémère du vent

Quand les ombres s
’échappent
Comme des voleurs encapuchonn
és
Le jardin n
a plus de secret
Il
  suffit dun geste de la main
De quelques cristaux de couleurs dans la nuit de ton visage
Pour illuminer le ciel

.

lutin - 31-03-2010

.

Posté par lutinB à 18:26 - Commentaires [6] - Permalien [#]

Quand la peinture inspire la sculpture

Els_ar

http://elsear2.canalblog.com/

Merci Elséar, c'est un cadeau magnifique d'accepter d'être là

Mystère et sensualité se dégagent de cette sculpture

.

Posté par lutinB à 13:27 - Commentaires [7] - Permalien [#]

29 mars 2010

Prière secrète

DSCN5102

.

DSCN5081

B - Acrylique sur toile 65 x 75

.

DSCN5075

Elsear je suis trés émue de savoir que cette peinture ait servi de support, votre oeuvre est magnifique

http://elsear2.canalblog.com/

Els_ar

Posté par lutinB à 16:40 - Commentaires [15] - Permalien [#]

27 mars 2010

Lucian Freud


Lucian Freud et sa peinture de la chair au Centre Pompidou

.

Posté par lutinB à 08:23 - Commentaires [6] - Permalien [#]


24 mars 2010

.

.

Prière secrète

.

http://www.leforumbleu.net/message.php?id=100312&page=0&fredblog=0

lutin_et_le_peintre

.

.

Posté par lutinB à 09:00 - Commentaires [5] - Permalien [#]

14 mars 2010

Roulette russe

De_Chirico___Cavalli_in_riva_al_mare

.

.

Le vent na pas fini de discourir
comme s
il me réconciliait avec ma bouche
dans le d
écor que jhabite.

Je parle aux arbres
aux murs qui mangent ma voix
alors que l
endroit se vide
à la vitesse du cheval au galop
comme les vagues se retirent.

La vie s
arrête brusquement sur une terre labourée
dire, que dire qu
elle ne sache déjà
qu'elle ne transpire d
éjà
assoiff
ée de l'avenir
l'eau n'a pas fini de couler.

L
’épaisseur de lair sest enroulée autour de moi
dans la t
ête cest le tocsin
une aspiration vers le ciel
et la main qui d
ésigne la nuit
le voyage accompli en profondeur
amas de promesses et de cendres.

Il s
agit de renouer lenvie
à grands coups d’étincelles
roulette russe, amie ou ennemie
foudre quoi qu'il advienne.

On efface tout de la mer et de la terre
le sable devient lisse, beau et pur
quand la m
émoire est là macérée
comme une perle dans son
écrin.

Il faut en faire des pas et des pas
jusqu
aux marches à l'angle dacier 
les peaux gomm
ées à lusure de la trame
ouvrant l'horizon en miroirs successifs
vers l
autre rive.




lutin - 14-03-2010
 

Posté par lutinB à 22:09 - Commentaires [10] - Permalien [#]

10 mars 2010

Semeuse de mots

van_gogh_semeur_2_l

.

.

  Un vent glacial et puissant pousse le corps jusqu’aux arbres, malgré moi je suis entraînée par un autre moi-même jusqu’à la chambre d’écho, je me sens constamment observée et pourtant seule. C’est dans le silence qu’il y a le plus de bruit en moi pourtant la nature me criait silence. Cet autre marchait derrière moi ou m’entourait la taille, quelquefois me prenait le cou pour me faire taire ou m’écrasait le visage, la main enfoncée contre les mâchoires, mais quand on perd ses racines, on s’adresse aux arbres, aux ondes qu’ils émettent, de leurs branches on en fait des bras dans l’inconscience.

On ne m’attache pas en pleine mutation à dos de vélo, tête baissée, responsable de mes actes j’éventrerai l’autre moi-même ne serait-ce que pour en être coupable, le vieux moi résigné à l’enfermement. Je voulais une vie pleine comme un œuf et me voilà suspendue à regarder la nuit, lorsque je lance les dés il n’y a que silence et cet autre en écharpe autour du cou m’obligeant à porter le deuil.

C’était comme une sorte de nausée les bourrasques dans la gorge comme la langue qui force une porte close, un corps qui se refuse, dents serrées je tentais de me débarrasser de cet autre. Je n’ai jamais eu peur, maintenant plus qu’avant, j’ai peur du temps qui reste, c’est le fantôme du fleuve qui bat les cartes qui me l'a soufflé entre les messages escortés d’un tourbillon de reflets collés sous les cils. Cette eau si souvent caressée, comment peut-elle être meurtrière, je la croyais mon amie en fait elle est comme l’homme qui frappe quand on ne s’y attend pas.

Ce n’est pas le jour pour me pousser dans l’eau, habillée de vent, rien sur la peau si ce n'est que l'autre moi-même, le mamelon dépassant, oscillant entre la provocation et l'excitation réfrénée, je cherche le froid sec et la claque cinglante pour réchauffer mon sang mais les yeux sont plus gros que la soumission, ils ont le sens de la démesure et les lieux en gestation non accomplie me dévorent. La sève des arbres reste sous terre même si la faim me tenaille et ce ne sont que des gouttes de gel qui tombent des branches jusqu’à mes yeux alors que j'attends le miel. Le cri des mouettes envahit la nudité incongrue d’une forêt sans vie envoûtée, la mienne si blanche, entourée de la robe noire des corbeaux. Je me déplace au ras du sol pour fuir l’autre moi-même semant les mots que j’aimerais récolter aux moissons prochaines, il y a toujours demain quand la nuit se couche.

Les chemins sont jalonnés de pièges, suis-je une folle qui dit la vérité ? Les notes de piano ne sont pas un rêve, méprisant la voix des faussaires et le vent complice. Derrière quel arbre me retrouvera-t-on empaillée à contempler le monde et les miens, parfois j’en viendrais aux mains avec moi-même, le vent est nécessaire au transport du pollen.





lutin - 07-03-2010

Posté par lutinB à 15:50 - Commentaires [8] - Permalien [#]

09 mars 2010

Fleur de peau

DSCN5020

B - Acrylique sur toile 73 x 65 (sur une pose de Vélasquez)

Sous mon corps la terre s'entrouvrira

.

LA_20T_1

La toilette de Vénus - Vélasquez

.

millet_semeur_l

Le semeur - Millet

.

semeur_vincent_van_gogh_1_551_iphone

Le semeur - Van Gogh

.

milletsieste2_grand

La sieste - Millet

.

normal_la_sieste_van_gogh_orsay

La sieste - Van Gogh

.

les_premiers_pas_millet

Les premiers pas - Millet

.

les__premiers_pas_van_gogh

Les premiers pas - Van Gogh

.

Posté par lutinB à 13:50 - Commentaires [13] - Permalien [#]

03 mars 2010

Faucheurs de mots

DSCN5014

.

.

Cest avec nos pieds que lon fauche les mots
Tangue la main et sa mani
ère d’écrire
Epuis
é de tourner à vide
Le corps se met en veille
Au cœur des heures souterraines
Insidieusement quelque chose se d
écompose
Comme les sauterelles que l
on coiffe dun verre
Emprisonn
ées sur le bord de la fenêtre

.

.

lutin - 03-03-2010

.

Et si vous suiviez ce lien

http://www.espacepoetique.com/lapoesie/fondumots1.html

Posté par lutinB à 16:05 - Commentaires [11] - Permalien [#]