16 mars 2012

Je suis assise dans l'ombre

 

 

Cette lumière devant
entre les arbres un visage
c'est un bruissement de vie
solitaire

Pesant est ton cœur
aussi la voix qui tremble
alors que ton pas hésite
n'aime pas les circonférences

Et toi qui cherches à tâtons
entre les feuilles et mousse
je ne sais quoi
laisse moi aller sous un pont

La scie n'est pas dans les ténèbres
mais dans ton sang qui coule
j'ai pleuré
un chien blanc sur ma tombe

L'entassement des années
un cristal tinte
et toi qui cherches toujours
quel bateau prendre

Je suis assise dans l'ombre
voeux ma fièvre
j'incarne la nuit
et les loups qui me mangent

 

 

 

lutine - 16-03 -2012

 

 

Posté par lutinB à 22:54 - Commentaires [4] - Permalien [#]


13 mars 2012

Traîne pas dans le vent

 

 

 

C'est toi qui cours là-bas
pigeon voyageur à ma recherche
je me souviens des murs clos
remets-toi au piano
les sonates t'attendent et mes chimères
j'ai dit que je reviendrai la nuit
sur le rocher lorsque la lune se posera

Je vole dans le ciel
j'ai dit que je me poserai
dans l'ombre où j'ai posé ma voix
j'ai pénétré la mer
les couloirs sous-marins
les viscères de la terre
j'ai dit que rien ne finirait
ce jardin au bout de la rue
nous l'arroserons d'eau de pluie
lorsque les années se poseront dans nos corps

Paumes ouvertes
j'ai couru la nuit jusqu'au port
la lune derrière les arbres
les étoiles au fond des yeux
je descends les échelles
saute les vagues
le vent sous mes jupes
je me souviens de mes fesses assassines
des mâts tout au bord
reine mer tempétueuse
le cri arrimé à l'anneau

Je veux encore sentir la gloire
qui farfouille mon cœur
au pilori porter ma couronne
brinquebalant mes jambes au ponton
mon frère avant de venir à toi
arroser les fleurs et les jonquilles
ils te diront quel bateau prendre
quand la nuit tombera
en langue d'oiseau jusqu'à ta porte

 

 

 

lutine - 13 - 03 - 2012

 

 

 

Posté par lutinB à 21:46 - Commentaires [13] - Permalien [#]

11 mars 2012

Etude

IMG_0299

B - sanguine - sépia - craie

 

 

Posté par lutinB à 19:03 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Plénitude

 

DSCN7814

B - pastel sur format 60 x 65

 

Posté par lutinB à 10:05 - Commentaires [2] - Permalien [#]

03 mars 2012

l i b r e

 

43524485_10217366050892912_8661010498247983104_n

 

 

J'avais envie d'air
de musique 
dans le silence de la rue
me vider de ce monde dévorateur
mes jambes voulaient s'en aller
défaites de moi
je les avais suivies jusqu'au bord de l'eau
sous mes pieds les cordes tendues s'assouplissaient
symétriques


Juste en dessous une rangée d'oiseaux
dans leurs vêtements blancs
un vibrato sourd et lent prenait possession de l'espace
étroit de ma tête
ce fut le ciel qui s'entrouvrait
beau et chaud sur mon dos
derrière mon regard j'étais libre
libre et tremblante d'entendre les chevaux


La guitare à mes yeux devint femme
air voluptueux d'un temps marié
le long d'un voile d'or une ombre
peu pressée de s'effacer
prenant mon cou entre ses mains
se nouait au métal
caressé

 

 

 

 

Posté par lutinB à 19:19 - Commentaires [6] - Permalien [#]


01 mars 2012

La voix

  

 

 

J'ai pris le train comme courir quand il est midi
empilée dans des vêtements d'Atlantique
j'ai filé mon rêve le long des rails sous les paupières
c'était une nuit de voyage où l'on perd ses repères
au fond du siège c'était une traversée blanche
presque une musique le sifflement de la vitesse
les vibrations un plaisir annonciateur au ralenti
il fallait voir la mer et ses ponts
il fallait aimer les jambes et la couleur
des chaussures
le cadencement
la langue autrement

le mouvement des lèvres tout autour
le menton volontaire
la main que l'on souhaite animale et subtile
comme un chien cherche son maître
la caresse nourrissante
il fallait remplir le corps
planté dans l'air marin
et les valises résonnaient sous les pieds
je pensais des mots élémentaires
je prétextais le froid de mes bras inarticulés
pourchassant le baiser je marchais
droit devant la route était douce face à l'océan

 



lutine - 01-03-2012 

 

 

Posté par lutinB à 00:15 - Commentaires [8] - Permalien [#]

21 février 2012

Entre l'œil et l'eau

  

 

 

 

La mer se faisait sourde le long de la falaise
endroit lumineux et fermé
c'était le bout du monde 
je reprenais mon souffle
installée entre deux chaises
alors que le soleil se lève à l'est
mes paupières roulaient dans leurs propres vagues
c'était le calme d'une solitude bienheureuse
avant que l'homme ne vienne déposer son ombre.

 
Je l'ai vue et reconnue cette existence trouble
en hauteur, en largeur, elle est encore un tableau
sur fond de toile tendue tout près des parasols fermés
notre espace était ce parking inanimé
c'était un mouvement presque agressif ce vêtement rouge
diffus puis présent.

 
Je me souviens de ta démarche étrange
du contour de ta silhouette pas encore intime
on ne pénètre pas ainsi un corps
ni une voix que la mer transporte
ni l'approche amidonnée
c'est tellement codifié les premiers mots
la façon d'être avant la première photo
on laisse filer la boîte à musique
les vieilles mouettes et leurs poèmes stridents
on laisse tomber la rouille et l'enlisement
tous les circuits du corps
jusqu'au sang neuf qui se dégage

 
Ce sont quelques paroles, presque toujours les mêmes
un sourire de bienvenue
une main se tend offrant la chaise libre
sur des yeux qui s'entrouvrent
toute une complicité hydraulique s'installe
 

Je me souviens de ton profil
du son de ta voix
brassant la mer dans une translation magique
on entendait à peine les roulements intermittents
si peu l'aboiement du chien
et la dame noire toujours présente
vers le soleil levant on ne la voyait presque pas

Les algues trouaient mes yeux
ce n'était pas un accident notre rencontre
entre l'œil et l'eau


  

 

 

lutine - 21-02-2012

 

  

Posté par lutinB à 22:47 - Commentaires [8] - Permalien [#]

16 février 2012

Particules inexprimables

  

 

 

Des mots se mêlent
s'entrechoquent
et se démêlent
l'écheveau se dénoue
danse
macabre
denses étaient les nœuds
un à un défaits
et la laine se déplie
dans ses fibres mâchées


Défiance
rien
que le silence
hurle à la peau défaite
moins que rien
les lèvres absentes
syllabes malléables
à coups de sabre au poignet
absente la valse des mots
le geste en ricochet


Faille de l’artère
sous la langue affûtée
les mots s’entremêlent
se démêle l’imaginaire
l’écheveau de soi
et la haine tisse le fil de fer
des particules inexprimables
inextricables

 

 

 

lutine

 

 

 

 

Posté par lutinB à 22:51 - Commentaires [10] - Permalien [#]

10 février 2012

Louise

 

 Louise-Bourgeois-8_pics_809

 

 

Je me tais

me barre la bouche

la colère entoure mes dents

ampute la parole

chaque jour est son tour de vis 

 

Une toile d'araignée croît

à plusieurs reprises j'ai chassé

de mes lèvres

pacotille et éphémères 

 

Louise remonte la tombe

les chaises se pendent

les corps se cambrent

le sexe sous le bras est

dans son fauteuil roulant 

 

Dans le rétroviseur je ne supporte

l'or et la rouille

surfe l'handicap des faux bourgeois

dans la cage

on ne me pêche pas

 

Je glisse

jusqu'aux Tuileries

écartant les jambes

entre deux rives

il me faut boire

 

 

 

lutine - 10-02-2012
 
 
 
 
 
 
 

Posté par lutinB à 22:19 - Commentaires [9] - Permalien [#]

07 février 2012

Kaléidoscope

 

DSCF0595-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Poser c’est aussi écrire

 

Sur le trottoir au goût macadam un geste à la craie
comme peindre

C’est le réverbère à hauteur du balcon
fatigué de trop de nuits

 

Un bras balancier du noir à l’orange
il n’y a plus d’heure

Sur un piano les doigts longs colorés et absents
par intermittence

En toile de fond l’harmonie des couleurs
étalées comme l'eau sous le phare

 

Un équilibre achevé
en point de fuite juste quelques traits blancs

 

Déjà déformées la musique et ses variations

 

Il pleut sur la peau
à laver la bouche et les lèvres

J’ai l’impression d’être un fleuve en crue
emportant une branche
et sa main

 

Sans cesser de regarder l’arbre
à travers un mur de verre
un visage muet ruisselant
dans un tableau m’appelait à l’aide

 

 

lutine

Posté par lutinB à 16:39 - Commentaires [5] - Permalien [#]