20 janvier 2013

Louise

IMG_1125


B - mine de plomb

Posté par lutinB à 15:35 - Commentaires [3] - Permalien [#]


17 janvier 2013

Langue effacée

 

3789_4505007575909_732333829_n

 

Je ne pense pas
pas aimantés vers le fleuve
je n’attends plus
la langue effacée
les chiens et les nuages ne changeront rien
ni la musique du Titanic engloutie
accoudée je regarde la surface se défaire
devant les marelles de glace on joue à cloche-pied

Aujourd’hui je parle aux flocons de neige
à la glace éphémère sous le soleil
au froid qui fait son manteau sur mes épaules
il n’y a plus de liaison entre les chemins
jusqu’aux lignes de la main disparues
pas de gare ni pont levis
nous dansions sur place
espérant un lit de plumes sur lequel se coucher

Je n’entends pas le silence
j’ai fermé les yeux
j’écoute au-delà de la nuit
la faible voix de la terre
comme peut le faire un rêve
les trains et les rails continuent leur fuite
les aéroports font croire au septième ciel
les bras séparés agitent des feux de détresse
sous les néons blafards je regarde la vie se transformer
les micros métalliques annoncent qu’il est trop tard

lutine

Posté par lutinB à 00:32 - Commentaires [12] - Permalien [#]

 

 

Posté par lutinB à 00:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 janvier 2013

L'arbre aux trois visages

Francoise Dolron

 

Lorsque s'éclaire la lune
dans un grand silence
que rien ni regard
au travers d'un brouillard de plomb
ne voit au fond des yeux
l'arbre aux trois visages
solitaire dans ses bras ouverts
tisse une roue de lumière
au milieu de l'eau
sa forme n'est jamais vaine
aux heures interdites
la lente chute de ses membres humides
comme une question arrachée au ciel
te surprend à parler une autre langue
inflexion de voix pour qu'elle devienne musique

ce ne sont que des mots insufflés
l'inscription d'une présence
qui n'a pas de nom
ses paupières clignent
fidèles à la nuit

 

 

lutine - 06-01-2013

 

 

Posté par lutinB à 10:34 - Commentaires [13] - Permalien [#]

23 décembre 2012

l'autre voix

224974_321211994634390_832737968_n

 

 

J'ai pris le train comme courir quand il est midi
empilée dans des vêtements d'Atlantique
j'ai filé mon rêve le long des rails
une nuit de voyage où l'on perd ses repères
une traversée blanche
presque une musique le sifflement de la vitesse
les vibrations un plaisir annonciateur

Il fallait voir la mer et ses ponts
il fallait aimer les jambes et la couleur
les chaussures et le cadencement
la langue autrement
le mouvement des lèvres tout autour
le menton volontaire
la main que l'on souhaite animale et subtile
comme un chien cherche son maître

Il fallait remplir le corps
planté dans l'air marin
je pensais les mots élémentaires
je prétextais le froid de mes bras inarticulés
pourchassant le baiser
je marchais droit devant
la mémoire murmurante

 

lutine

 

  

Posté par lutinB à 20:54 - Commentaires [6] - Permalien [#]


16 décembre 2012

Une petite lumière

mod_article46635182_4fcba54398711

 

 

Une petite lumière filtre nos ombres chinoises 
cogne la vitre
ronde et plate 
rayonne le long de la fente
tremble et tourne en rond
n’es-tu pas aveuglé quand elle mord la peau
dents serrées dans le silence
et déborde

Une vie tourne derrière et devant toi
minutes vagabondes
il y a l’arbre qui s’élance dans le vide
serre ses feuilles que la mort veut lui ôter
ne m’arrachez pas la langue
elle court sous ma peau

C’est un incendie le ciel
quand je lève la tête 

le feu craque sous la dent
tout respire une lente agonie
majestueuse
 

Il n’y a plus d’orage
les araignées tissent leur toile
petites bêtes en suspension 
dentelle
et colliers de perles blanches
 

J’ai vu se former les fils au bord du banc
mon cerveau assis sur le banc d’à côté
j’ai vu se former la rosée et le givre
sans ombre et sans masque

Nous sommes deux autour de la table

je veux dire le monde où l’on a vécu
gorges tranchées dans le même lit
 

Une petite lumière clignote
dessine à la craie
les arbres à abattre
l’herbe à raser dans un carré de silence
rai de lumière assassine
 

Enlace-moi dit l’arbre
étrangle-moi autour de ton cou
la vie nous abandonne
il n’y a pas de pont où se jeter
ressusciter
 

Paris où coule la Seine est un autre lieu
rempli de voitures où il ne fait pas bon dormir
 

J’ai tordu les draps source de la lumière
j’ai fermé les yeux source de la fente
j’ai débranché le cerveau
autour de l’espérance
il était trois heures du matin
les ciseaux ont coupé la lumière

 

 

lutine

 

 

 

Posté par lutinB à 19:33 - Commentaires [9] - Permalien [#]

10 décembre 2012

C'était Paris

 

70561131

 

  

C'était Paris aujourd'hui
le train d'un point A vers un point B
stations aux miroirs gris 
griffées de tags ensanglantés
ils ont l'air si fatigué les gens
inexistants sans arbre ni oiseaux
les pierres le long des rails métalliques

Silhouettes de papier mâché
il n'y a que l'aigreur de la pluie aux carreaux
flèches empalées aux couleurs de mouette
certaines plus vivaces touchent terre
rejoignent congénères piétinés

C'est la course
au crochet de la lune
la morosité que la saison dissimule
les journaux coulent l'encre
ne pas lire
non ne pas lire lors du dernier train 
sous le pied l'encre effacée
alors qu'on illumine les rues
sombrent les yeux sous la rame
pour toujours écarquillés

Tout dégouline dans l'espérance du sommeil
les cernes lavés d'indifférence
courent vers la solitude
à l'abri de quoi
à l'abri de rien
du moindre bruit de pas





lutine - 09-12-2012

  

 

//

Posté par lutinB à 00:07 - Commentaires [12] - Permalien [#]

05 décembre 2012

Ephémère

 

154332_10151271969399441_1838043002_n

 

Ce qui tue ce ne sont pas les couleurs vives
De l’été fait en hâte
C’est l’éphémère

Tout est gris et humide encore
Des nuages froids glissent dessus
Voilà ce qui tue

C’est l’orage, la pluie
La terre lavée offerte au silence
D’abord elle a un parfum puis prend un goût d’eau

L’eau me tue
L’eau sans peine m’évapore
Dans ma bouche j’attends le goût du sel

La moiteur est seconde peau
Palpable et odorante
Elle prend la couleur de la mémoire
 
J’apprends la paix allongée
Vénère la lumière sous les paupières closes
L’anonymat de la nuit

Je suis voilier confiant mon corps à l’infini
Alors que dimanche étale ses débris sur la table
Il accapare l'attention

De la chair, des os
Un trèfle à quatre feuilles
Ephémère

.
.

 

Posté par lutinB à 22:39 - Commentaires [4] - Permalien [#]

30 novembre 2012

Histoire de s'entraîner avant....

étude du pied

B - mine de plomb

Posté par lutinB à 22:59 - Commentaires [10] - Permalien [#]

22 novembre 2012

Etre au monde dans ton ventre

 

dolron12

 

Rien ni regard
ni tension
je n'entrerai pas dans tes yeux
jamais tout à fait

juste l'espérance d'aborder un nouveau monde
dans le décompte secret

Est-ce l'esprit ?
tes yeux cachés


Tu es là avec tes propres jambes
et personne ne peut déchiffrer l'énigme
de l'immobile crépuscule
alors que ton sourire invisible m'anéantit

C'est une caresse infinie ta maison de brumes
où notre vie avance
tu m 'en offres les portes
dans le corps que je chéris

Est-ce l'amour ?
cette clarté 
au-dessus du ciel
remplissant mes mains de silence
de gouttelettes de lumière 
que j'attrape au passage

Tu es eau dans la nuit
un visage d'espérance
une odeur de sainteté
le vent, le vent nous porte
comme l'oiseau complice
renoue le fil

  

lutine - 22-11-2012

 

 

Posté par lutinB à 21:48 - Commentaires [15] - Permalien [#]