29 juillet 2018

Les scorpions sur la péniche

 

Posté par lutinB à 14:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]


14 juillet 2018

Traîne pas trop dans le vent

 

IMG_0235

Notre Dame de Mont

 

C'est toi qui cours là-bas
pigeon voyageur à ma recherche
je me souviens des murs clos
remets-toi au piano
les sonates t'attendent et mes chimères
j'ai dit que je reviendrai la nuit
sur le rocher lorsque la lune se posera

Je vole dans le ciel
j'ai dit que je me poserai
dans l'ombre où j'ai posé ma voix
j'ai pénétré la mer
les couloirs sous-marins
les viscères de la terre
j'ai dit que rien ne finirait
ce jardin au bout de la rue
nous l'arroserons d'eau de pluie
lorsque les années se poseront dans nos corps

Paumes ouvertes
j'ai couru la nuit jusqu'au port
la lune derrière les arbres
les étoiles au fond des yeux
je descends les échelles
saute les vagues
le vent sous mes jupes
je me souviens de mes fesses assassines
des mâts tout au bord
reine mer tempétueuse
le cri arrimé à l'anneau

Je veux encore sentir la gloire
qui farfouille mon cœur
au pilori porter ma couronne
brinquebalant mes jambes au ponton
mon frère avant de venir à toi
arroser les fleurs et les jonquilles
ils te diront quel bateau prendre
quand la nuit tombera
en langue d'oiseau jusqu'à ta porte

 

 

 

Posté par lutinB à 10:37 - Commentaires [2] - Permalien [#]

30 juin 2018

Une terre s'éloigne

IMG_0248

Ile d'Yeu - la pointe des corbeaux

Les jours se couchent
les mots se consument
petites bêtes le long des doigts
aiguilles d'or et d'esprit
cousent espérance d'étincelles

C'est écrit comme des filaments
entre la tempête au creux des paumes
file la mer presque morte
les corps embrassent la terre
est-ce l'amour ce mouvement d'air ?
un début de destruction ?

C'est la croix de l'église plantée
la présence de Dieu contre la nuit
sa parole prend forme se déchire
ma main qui s'ouvre et se ferme
retenir encore

Sous la fenêtre c'est l'orage
on lui coupe la parole
on ferme les volets
à l'image d'une maison bien rangée
et nos corps, nos corps suspendus
pourquoi se déforment-t-ils ?

On lève la tête
comme se relève la jambe
nos yeux brillent
quelque chose a changé
quand on a perdu le cerceau
la poussière tout autour a changé
l'empreinte de nos pas, animale


On parle d'enfer sous les orties
comme une terre qui s'éloigne

 

Posté par lutinB à 09:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 juin 2018

Parenthèses

 

IMG_9735

Les prés salés - La Teste de Buch

 

Les pas se perdent
Dans le chemin de vie
Le ciel oublie les ombres
Et leur marche dessus

Les jambes s’enfoncent
Les mots aussi au fond de la gorge
Ragent de ne pouvoir dire
Close la bouche se perd aussi

Les voix mâles encombrent l'air
Le château de cartes prend l’eau
L’écho est celui de l’esprit
Qui ne s’oublie pas

Derrière se cache une seconde maison
Une chambre
Forêt humaine
Visible seulement le soir
Le spectacle est terminé

Les yeux se perdent
Les yeux sont ronds comme l’animal de nuit
Phares des noctambules ils comptent les coups bas
Les heures comme la main compte ses doigts

Les mains se perdent
La pensée entre parenthèses
Paralyse le livre encore ouvert
Quand le corps se relève
C’est un clin d’œil à la vie
Dans le chemin de terre devenu sien

 

Posté par lutinB à 17:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 mai 2018

Trois petits délires

 

83656524_p

83656598_p

83656689_p

 

C'est vide
rempli de lumière
roue libre de mémoire
cela palpite
cette tendresse
enrobe

Elle s'en ira comme le reste
page blanche du ciel
juste quelques bateaux
rejoignant le flou
la mer vit

La journée est devant
on s'enlace
mot pour corps
nous rêvons plus large
encore

Durant des heures
on va
on doute
on surveille les marées
le beige du sable
au pied de la mer
nous sommes seuls

L'air descend
les couleurs changent
le coeur se tait
les yeux encore nos yeux
de plus en plus serrés
il y a peu à dire
seulement voir la lumière

Peau
voluptueuse et fripée
l'air passe
la bulle est étanche
fin du bruit
une nuit d'étain
la traverse

C'est l'infini amour ce carnet
livré au tamis
entre murmures pressants
le soleil dort
la mémoire tourne
se mélange au passé

 

http://www.espacepoetique.com/Invites/Delage.html

 

Posté par lutinB à 10:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]


26 avril 2018

Manège

 

IMG_8873

Auris en Oisans 2017


Le front collé au ciel
l'astre comme une source
ombre - lumière
noir et blanc
paupières toujours baissées
aveuglées, détournées
sous les pupilles le même fil rouge
frôle les rails de l'invisible
si près du sol
la main sur le feu d'une pente enneigée
compte les gestes automatiques
d'une horloge en fin de course


J'attends le murmure des vents
puis l'or du soir qui étincelle
ivre de soleil
c'est ainsi que je regarde le manège
des ombres qui s'allongent
lèvres closes
ce grand miroir ne change pas
immuable et secret
enfile ses vieux habits de cendre
pour un dernier tour

 

 

Posté par lutinB à 14:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 mars 2018

Apnée

 

IMG_9188

Saint Michel en Brenne

 

Au fond de la tasse c’est le froid
Tête renfrognée le regard grelotte
Qui respire ?
D’où viennent les bruits
Les pierres blanches marquées d’une croix
Les cortèges d’étoiles sous les paupières
Qui parle ?  

Je conjugue le verbe Aimer
Aimer la vie
L'attente
L'espérance
Je me souviens de tout
De l’animal qui dévore
et consume

La mémoire en désordre
La maison en apnée
Je me laisse glisser sous un nuage de lait
La cuillère sur le rebord de la soucoupe
Entre le pot de confiture et le bol de céréales
S'ouvrent le ciel ainsi que mes yeux 

Tout est clair maintenant
De l’arôme du café montent des bras
Ils tournaient dans un rond de fumée

.

Posté par lutinB à 09:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 mars 2018

L'arbre aux trois visage et pleine lune

 

 

IMG_2497-001
Chêne de la Pocqueterie

 

Lorsque s'éclaire la lune
dans un grand silence
que rien ni regard
au travers d'un brouillard de plomb
ne voit au fond des yeux
l'arbre aux trois visages
solitaire dans ses bras ouverts
tisse une roue de lumière
sa forme n'est jamais vaine
aux heures interdites
la lente chute de ses membres humides
te surprend à parler une autre langue
inflexion de voix pour qu'elle devienne musique
ce ne sont que des mots insufflés
tes paupières clignent
fidèles à la nuit

 

 

 

Posté par lutinB à 18:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 janvier 2018

Tempête

 

IMG_9908

Arcachon 2017

  

Est-ce que la nuit a des portes
quand la lune ronde fuit
les nuages s'affolent

C’est lourd le mâchefer
l’embûche sous les pas
la circulation de l’eau
les odeurs chimiques et organiques
au milieu des décombres
sous les doigts la pluie dégouline

L’air froid fait partie des errants
tout s’arrête
il est temps de lancer les dés
dans un brouillard de plomb
et combattre la violence

Le ciel s’appuie contre un ballon gonflé d’hélium
je ne vois pas la vie
c’est l’océan que j’entends
écoute ! ses sabots résonnent

Nous aimerions ne pas porter la haine
mais le vent gronde si fort galopant
sans courage se rabat dans l'ornière
suspendues les mains se croisent et se décroisent

 

Posté par lutinB à 19:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 décembre 2017

A mon oncle

 

IMG_0597-EFFECTS

gare des Bénédictins - Limoges - 21 décembre 2017

 

Pierrot de la lune
je me nomme en terre
Paix

Visage blanchi

éclairant le ciel
en vain les bras se tendent

la nuit descend
et je demeure
enfermé

Mon nom est mémoire

j'oublie les heures
les ombres et les corps
ne connaissant plus l'insomnie
le tic tac de l'horloge
le jour se lèvera

mes paupières toujours closes

Je n'ai plus peur

de l'ennui
de l'enfant perdu
derrière mes yeux
c'est le vide

et résonne
mon nom si fort


 

 

Posté par lutinB à 16:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]