Alliance

Ta jeunesse fut miel
A la rencontre de ton bien aimé
Ta peau fut douce
Sous le joug du seul amour de ta vie
Ton corps s’est embrasé
A une époque où les gens bien nés n’avaient que mari

Ta vie fut sans surprise dans ses habitudes
Lassitude du temps
Ta peau fut soumise
Sous l’emprise du seul homme de ta vie
Ton corps fut docile
A une époque où les gens bien nés se pliaient

Ton déclin fut rancœur
Quand vos corps se sont échappés
Vos sentiments éteints
Un trop plein de monotonie
Une vie sans surprise
Rien que la grisaille d’un ciel sans étoile

Ton crépuscule fut larmes
Quand son corps s’est dérobé
Tourné vers d’autres cieux
Tes sentiments décuplèrent
Quand son corps s’est embrasé
A une époque où les gens bien nés pleurent à tout jamais

Ta nuit est souffrance
Maintenant que ton corps fuit
Accrochée à la vie tu résistes alors que tu voulais en finir
Depuis mon enfance je m’en souviens
La peur au ventre tu luttes
A une époque où les gens bien nés acceptent les flammes

Main tendue le cœur de sa jeunesse te montre le chemin
Sans crainte mêlez vos cendres
Comme vous avez su mêler vos corps
Embrasez-vous
Ne commettant pas les mêmes erreurs
A une époque où les gens bien nés ne brisent pas l’alliance

Lutin – 13/05/2005
.
.